Bye bye Russia !

English summary : we spent our last week in Russia in an Airbnb in Vladivostok, so that we could clean the van thoroughly after weeks of dirt road, clean all our clothes and not have to drive in another hectic Russian city. It’s quite a pleasant city, with a nice seaside walk, a funicular, some museums, and a nice market. Like in all cities, we enjoyed a lot the cheap restaurants and cafés. We also met a few locals via Couchsurfing who had very different views on their city and country. We spent half a day in Russkiy island, about half an hour drive south of the city, where there actually are walking paths, unlike most places we’ve seen in Russia. In the end, we also received our CPD (a document compulsory to drive in a few countries in the world) the day before our departure, although it had been stuck in Grenoble for more than 10 days and we had given up the hope of having it on time and started a whole different procedure to go to Japan with the van. We used the temporary importation procedure to go to Japan with our van, and apart from the fact that it wasn’t clear we had to leave the van at the port when we went to the company’s office to finish all the paperwork (we had left a few things in the flat that were not exactly convenient to carry in our backpacks), it all went quite smooth, mostly due to the fact that we had paid them to do all the thing on our behalf. The ferry journey was quite nice on the first day, we met Joachim, a French biker, and French couple Mylène and Timothée, who were also travelling. For a change, the staff was smiling and attentive to our needs. The second day was quite shaky and we were happy to have a few hours stopover in Donghae (South Korea) to rest. We arrived in Japan on Nov.8th, the procedure to enter Japan took 3 hours in total. We had to pass immigration then go to customs and to another city, 30kms from Sakaiminato, to the Japanese Automobile Federation to pick up our drivers licenses translation, then back to customs and to the ferry terminal before we could actually say that we were in Japan !!

Pour notre dernière semaine en Russie, nous avions réservé un Airbnb histoire d’être au chaud, dans un endroit confortable, et ne pas devoir faire les aller-retours dans le centre. Et de profiter à fond de la machine à laver ! On se balade dans le centre-ville avec ses rues bien en pente, un peu comme à Marseille. Il fait beau, le bord de mer est bien aménagé, et on monte au funiculaire qui amène à un joli point de vue sur le centre. Ils ont pas bien compris le principe, le départ du funiculaire est à 100m du niveau de la mer, et il termine à 50m en-dessous du point de vue … Sylvain visite un musée dans un sous-marin, et on découvre par hasard un marché bien fourni, on en profite pour acheter des crevettes bien fraîches !

Comme dans chaque ville, on profite des bars, restos et cafés. On mobilise aussi la communauté Couchsurfing pour rencontrer des locaux, on passera une soirée avec Angelina, native de Vladivostok mais ayant vécu plusieurs années en Malaisie, artiste (on n’a pas compris exactement dans quel domaine), avec qui on a beaucoup échangé sur la vie – pas facile – en Russie. On passera un moment aussi avec Elena, professeure d’anglais et guide, qui a visité beaucoup de pays d’Europe. Deux expériences et témoignages on ne peut plus différents !

On consacrera une demi-journée à faire un grand ménage dans le van, après les pistes de Mongolie et de Russie, et le tapis en poil de mouton, il y en a bien besoin ! La poussière est incrustée de partout, c’est du boulot, mais c’était l’occasion !

On va aussi visiter l’île Rousski, un peu au sud de la ville, une bonne bouffée d’air frais au soleil et avec même des chemins de randonnée ! On est toujours un peu déçus par la quantité de déchets laissés par terre .. mais les paysages sont beaux, bien que la végétation soit déjà en mode « hiver ». Ce jour-là, c’est la fête de l’unité nationale et on comptait aller faire un tour sur la place centrale où se trouvent des stands et une scène de concert, mais apparemment, on a loupé toute la fête, et à 19h ils sont en train de tout replier !

Mardi 5, on a rendez-vous avec Yuri de la société Links qui s’occupe des démarches pour le ferry qu’on prend jusqu’au Japon. Ils ont déjà tous les papiers, et nous annoncent qu’on va amener le van au port et .. le laisser là jusqu’au départ du ferry le lendemain ! Une surprise (les Russes ne communiquent décidément pas comme nous), mais heureusement, on a rangé la plupart de nos affaires dans le van. On suit la collègue de Yuri au port, c’est assez simple quand ce n’est pas nous qui faisons tous les démarches ! On apprend que Vladivostok a un fonctionnement un peu étrange, avec des zones interdites aux étrangers, mais dans lesquelles il faut aller dans tous les cas pour exporter un véhicule. Donc en gros, on est obligés de passer par un agent russe, qui lui-même n’est pas vraiment autorisé à rentrer dans ces zones, mais comme les douaniers ne parlent pas vraiment anglais … ils le font quand même ! Bref .. après une fouille plus que superficielle de Pam, un agent la conduit dans la fameuse zone où elle attendra jusqu’au lendemain. Ensuite, on fait contrôler nos passeports, enfin, celui de Sylvain, qui est le propriétaire principal, car moi je ne compte pas pour les démarches du camion ! On doit ensuite demander à Yuri (bien sûr, il ne nous le dira pas de lui-même) quand et où on doit aller le lendemain pour prendre le ferry. On est presque prêts, il ne reste qu’à faire rentrer dans nos sacs de rando tout ce qu’on avait oublié dans l’appart : le tapis en poil de mouton, le tissu qu’on a acheté pour le recouvrir, les bidons d’eau, des ustensiles de cuisine et autres ingrédients .. on se demandait quelle tête feraient les douaniers quand ils passeraient nos sacs aux rayon-X !

Certains auront peut-être suivi l’épisode « on n’est pas sûrs de pouvoir emmener le van au Japon ». Pour importer un véhicule au Japon, nous avions demandé en France notre carnet de passage en douane (CPD), exigé dans certains pays. Grâce à l’efficacité des services Chronopost, nous n’étions pas sûrs de le recevoir à temps avant de prendre le ferry (il s’avère qu’on peut post-dater son CPD, donc le demander bien avant, mais ça, on s’en est rendu compte trop tard). Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une autre manière d’importer temporairement un véhicule au Japon, et nous avons fait les démarches pour cela. Il n’y a eu aucun souci ! Ironie du sort, après que notre CPD soit resté coincé à Grenoble pendant plus de 10 jours au bureau des exportations (on aimerait bien savoir pourquoi un document papier a tant retenu leur attention), on l’a reçu la veille du départ. Donc au final, ça aurait pu fonctionner, mais on ne pouvait pas vraiment compter dessus …

Mercredi 6, après un passage à la banque, au café 😊 et au magasin de souvenirs, puis une bonne petite pizza, on embarque donc dans le ferry ! Etonnamment, nos sacs passent sans problème, même notre grand couteau de cuisine … enfin, le chien a quand même beaucoup apprécié le poil de mouton et pendant une seconde, j’ai eu peur qu’on me prenne pour une passeuse de drogue vu son entrain à léchouiller mon sac.

Dans le ferry, on retrouve Joachim, un motard français qui avait rendez-vous à Links en même temps que nous. Le hasard a aussi placé dans nos lits voisins un couple d’Isérois, Mylène et Timothée, qui vont passer plusieurs mois à Taiwan après avoir pas mal bourlingué aussi. Le personnel est souriant et serviable, ça nous change un peu (sans vouloir critiquer, c’est vrai !). La première soirée se passe bien autour d’une bière, la mer est calme, on dort plutôt bien. Et on s’est attelé à coudre une housse pour notre tapis, ça avance bien ! En revanche, dès le lendemain matin, ça tangue un peu plus. On arrive sur les coups de midi (ou 11h, ou 13h, on ne sait plus à quelle heure on est entre Vladivostok, la Corée du Sud et le Japon). On se dit qu’on va sortir voir la Corée, mais on se ravise après avoir vu la queue à l’immigration. La plupart des passagers ont l’air d’être descendus, il ne reste qu’une vingtaine de passagers sur le trajet Corée du Sud-Japon. Pendant cette escale, on finira notre couture, une bonne chose de faite 😊 on repart vers 17h, enfin, 18h, non 19h … Cette deuxième soirée sera beaucoup plus courte, après avoir tenté de manger et boire un truc avec Joachim au bar du bateau (le resto a été fermé car il n’y avait pas assez de passagers), Sylvain et moi rentrons vite nous allonger. Les vagues atteignent 2m à 2,5m, mon estomac n’apprécie pas du tout ! On « s’endort » à 20h pour une nuit très entrecoupée et un réveil vers 8h. Une heure plus tard, il fait beau et on est au Japon !

Un dernier paragraphe « administratif », je l’écris à la suite juste pour le plaisir de dire que ça a été rapide et simple !

On débarque au port de Sakaiminato vendredi 8, vers 10h. Après moults « au revoir et merci », on passe rapidement à l’immigration où l’on nous appose un autocollant qui nous autorise à rester 3 mois au Japon, sans aucune question. La fouille de nos sacs est assez rapide. Sylvain va chercher le camion, la fouille dure environ 3min, et à part le kilo de riz qu’on a déclaré (ça faisait partie des aliments restreints), on ne nous prend rien, alors qu’on nous avait mis en garde contre les produits frais et non emballés, et qu’on en avait « oublié » quelques-uns. Le douanier enlève même ses chaussures avant de rentrer dans le van (« Vous voulez que je les enlève ? » « Euh .. comme vous voulez Monsieur ! » « Je suis Japonais, je vais les enlever »). Ensuite, un des employés de la compagnie de ferry nous emmène au bureau du JAF (Japanese Automobile Federation) où on doit récupérer la traduction de nos permis français (le permis international français n’est pas reconnu ici), il nous paye le café au retour (même si on lui avait dit que c’était pas la peine -> on commence à voir les particularités de la culture japonaise), nous fait payer tout ce qu’on a à payer (pour le côté japonais un peu moins de 300€, qui viennent s’additionner aux 1500€ donnés aux Russes), puis on attend encore quelques dizaines de minutes d’être autorisés à partir, et ça y est, en 3h, ON EST OFFICIELLEMENT AU JAPON !

4 réflexions sur “Bye bye Russia !

  1. Attente impatiente de vos aventures Japonaise … ahhhh le sushis…. Mais j’espère que vous étudierez les autres mets Japonais…
    Bonnes découvertes
    Fred

    J'aime

  2. Salut les aventuriers !! On pense bien a vous Votre voyage a l’air de bien se passer Profitez en bien (ce qui me semble bien le cas ! Bises à vous deux Bobonne et JP

    J'aime

  3. Vous voilà donc en Asie ! Quelle splendide épopée vous vivez là, même si on devine que certains moments ou événements ne doivent pas être toujours faciles à vivre. On a hâte de connaître vos découvertes et impressions sur l’empire du soleil levant. À bientôt donc et plein de bonnes choses à vous ! Bises. Christine

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s