Douane et Nouvel an chinois en Malaisie

English summary : we arrived in Malaysia on January 17th. Silly of us to think it could be like Cambodia, which it isn’t ! Super fast and modern shuttle train from the airport, actual highways and malls everywhere. Our first goal was to get Pam back as quickly as possible, because Chinese New Year was coming soon, which meant 4 days off and storing Pam in the container or warehouse cost a lot. First thing we knew, the boat was 3 days late. There was no point in waiting in the port, so we spent 2 days in Kuala Lumpur. After visiting the historical centre, walking in the market streets, seeing the Petronas towers, we took refuge in the botanical gardens and decided we had had enough of this big crazy city ! So we headed south to Melaka, a nice medium-sized town with a long history of colonisation (the Portuguese, Dutch, English, and Japanese came here since the 16th century), a crazy weekend market, an interesting mix of Dutch-Portuguese-Chinese-Malay architecture and 22 museums. Malaysia seems to be a big mix of different cultures : Indian, Chinese, Malay (with the Orang Asli aboriginals), European… the culture and the food are equally diverse, and there is a nice atmosphere of living together, although if you read the news or studies, it’s not always that peaceful. Nearly everybody speaks English, smiles at you and is curious about travellers. On Wednesday 22nd, we finally got news from the van and were ushered to go to Port Kelang. It took us 2 more days to do all the paperwork and wait for the customs officers to stamp our papers. We could leave just in time before the official start of Chinese New Year, or CNY (as they like to say it here). We were lucky to be invited by Selina, the shipping agency’s boss, whom we had lunch with while waiting for the van to be cleared of customs, to spend the weekend with her Chinese family and attend the festivities. We spent two days eating a lot, being warmly welcomed by all the family members, being offered tons of presents, asked many questions about our trip, witness the prayers, altar burning and fireworks all through the evenings and nights. A weekend we won’t forget, along with the generosity of this amazing, numerous and united family!

Nous arrivons en Malaisie vendredi 17 janvier, armés de nos 3 sacs à dos et sans aucun plan, à part essayer de récupérer Pam’ dès que possible. Nous ne savons pas quand notre agent aura besoin de nous pour passer la douane, ni où, et commençons notre séjour en vérifiant les informations depuis l’aéroport. Manque de chance, le porte-container transportant notre van préféré est en retard de 3 jours. Le stress apparaît car le nouvel an chinois approche, ce qui signifie en Malaisie plusieurs jours fériés, port fermé, et frais de stockage qui s’accumulent, ce qu’on aimerait éviter.

Nous mettons néanmoins cap sur Kuala Lumpur (ou KL pour les intimes) après une rapide recherche d’un hostel peu cher (et qui mérite le peu d’argent qu’on y met). On se rend rapidement compte que KL, puis la Malaisie en général, est beaucoup plus développé que le Cambodge. Le train automatique climatisé nous coûte 25 euros et nous amène en centre-ville en quelques dizaines de minutes, nous donnant un aperçu des gratte-ciels par la même occasion. Nous arrivons à « KL Sentral », gare devenue centre commercial gigantesque, duquel nous avons déjà du mal à sortir pour rejoindre à pied notre hôtel. Ces trente minutes dehors nous confirment ce qu’on imaginait, il fait bien chaud, au moins 35°C. Nous avons du mal à circuler à pied dans ce dédale d’échangeurs, doubles voies, ponts et rivières, mais en prenons plein les yeux par les immenses tours (hôtels Hilton, tour en construction de 650m de haut…). Une fois les formalités de l’hôtel réglées, nous allons dans notre premier restaurant indien. Le sympathique serveur nous renseigne sur tous les plats, et nous nous faisons plaisir en riz, curry de légumes et autres légumes épicés, puis naan, pour la modique somme de 7 euros pour deux : super nouvelle, la nourriture reste bon marché 😊 Nous partons découvrir les alentours : quartier chinois et son marché, quartier historique avec quelques bâtiments coloniaux, le marché central au milieu de tout ça.

Nous commençons à comprendre ce qu’est la Malaisie : au milieu des nombreuses mosquées (car l’islam reste la religion d’état), nous voyons des temples chinois (la communauté chinoise représente plus de 25% de la population) et des temples hindous (7% d’indiens).  Dans les rues de KL se mélangent donc femmes malaises (très souvent voilées), moustachus indiens et chinois (je n’ai pas trouvé de généralité sur les chinois 😊). Et bien sûr les touristes !

Nous continuons de visiter la ville samedi 18 en allant autour des fameuses tours jumelles Petronas, impressionnantes. Nous nous baladons dans le joli parc à leur pied en espérant pouvoir rafraîchir les nôtres dans les bassins où l’on voit des gens se baigner… avant de nous faire siffler dessus par une policière voilée (en bonne représentante de l’Etat ?) car la zone est réservée aux enfants et familles, oups. Nous prenons un couloir surélevé climatisé qui nous amène 800m plus loin dans le triangle d’or. Encore un énorme centre commercial devant nous, des appels à la consommation complètement idiots de la part de Sephora qui ouvre un nouveau magasin… C’est un peu trop pour les campagnards que nous sommes et partons vers les jardins botaniques à quelques stations de métro de là. Un peu de calme et d’arbres exotiques pour finir la journée.

Nous étouffons un peu dans ce mini-hostel au milieu de cette méga-ville, et décidons de partir dimanche 19 pour Malacca/Melaka, deux heures en bus au sud sur la côte. Ça a l’air d’être une jolie petite ville avec un cœur historique, et une histoire complexe de colonisation par les Portugais, les Hollandais, les Anglais et les Japonais. Nous rencontrons Jasmi (propriétaire terrien, producteur d’huile de palme) et sa fille qui sont assis à côté de nous dans le bus et entament la conversation dans un anglais parfait. Une de ses filles étudie en France. Une autre vit à KL. Nous parlons pendant deux heures de nos projets. Il nous proposerait bien de rester chez lui mais repart le jour même pour KL, dommage !

Les gérants de notre guesthouse se montrent charmants eux aussi (décidément) et passent des heures pour nous aider à planifier nos quelques semaines en Malaisie et nous trouver des plan B voire C si nous n’arrivons pas à récupérer le van avant les jours fériés. Nous restons trois jours à Melaka pendant lesquels nous faisons plusieurs fois le tour du centre historique, montons au phare et sa chapelle, nous baladons le long de la rivière (il y a des varans énormes ! Bien 1m50 de long en pleine ville) et visitons une maison traditionnelle accueillie par un membre de la famille la possédant. Nous testons la nourriture chinoise, la nourriture indienne, les quelques plats portugais (nyonya) et les spécialités locales mais nous avons encore du mal à définir ce qu’est la nourriture « malaisienne ». Nous visitons quelques musées parmi les 22 de la ville, et en apprenons plus sur l’histoire de la ville et du pays. Cette ville, très puissante au XVe siècle, a vu passer les marchands venant de Chine d’un côté et d’Inde et du Moyen-Orient de l’autre. L’islam y est apparu petit à petit avec l’arrivée d’émissaires et semble avoir convenu à la population locale. Puis les diverses nations européennes prennent le contrôle, et la ville décline petit à petit au profit de Singapour au sud, et Penang au nord.

Nous repartons mercredi 22 vers « Port Klang » où le bateau de Pam’ est arrivé, restons dans un hotel un peu glauque dans la zone portuaire avant de rencontrer notre agent jeudi 23 pour commencer à passer la douane. Première surprise, le prix annoncé est plus élevé que prévu à cause d’un coût de « stockage » du container qui doit rester dedans tant que la douane n’a pas validé sa sortie. C’est quand même plus de 50 euros par jour, et les 5 jours « off » du nouvel an chinois nous pendent au nez… Bref, direction le port avec la manager de notre agent, sino-malaisienne dynamique et sympathique comme tout. Nous rentrons dans la zone portuaire, direction les entrepôts. Nous voyons un peu plus loin les énormes bateaux et immenses grues qui les déchargent, c’est impressionnant. Nous attendons l’officier des douanes qui est en retard et rencontrons entre temps un étrange monsieur, dont le rôle est peu clair… nous le payons pour « faciliter » le passage. De la somme donnée, probablement une partie va dans la poche de l’officier qui vient vérifier les numéros de châssis et de moteur du camion. Mais nous nous rendrons compte plus tard que le facilitateur a un vrai rôle et parcourt le port avec sa mobylette pour aller de bureau en bureau pour mettre la pression à tous les officiers pouvant freiner le processus. La cape au vent et masque noir sur le visage… (ok, j’en rajoute un peu).

En attendant, nous attendons, mais en charmante compagnie : Selina (les Malais chinois – et les chionois en général – ont toujours un prénom « occidental ») nous emmène au restaurant et s’assure de notre bien-être, pendue la moitié du temps sur son téléphone pour appeler tel ou tel officier de douane ou du port. L’hésitation d’un officier mal informé à approuver notre demande (il y a beaucoup de « turnover » sur ce poste, pour éviter la corruption ?) fait que nous ne pourrons récupérer Pam’ avant le lendemain, vendredi 24, veille du nouvel an chinois ! Nous sommes déjà heureux de le récupérer si tôt, et en plus de ça, Selina nous propose de nous loger avec sa famille et de fêter le nouvel an chinois avec eux : on accepte sans hésiter, youpi !

Elle nous amène donc chez elle, dans une « gated community » (quartier résidentiel pour hauts revenus, entouré de grille et avec gardien). Son mari Steven nous accueille gentiment et nous a préparé une chambre. C’est une belle et grande maison moderne, air conditionné dans toutes les pièces, cuisine américaine et grande TV diffusant des séries « Minecraft » à leur fils Ziming (prononcer « dzeuming »). Leurs deux filles (Wanshun et Wanwi) sont plus grandes et ont 11 et 13 ans. Le programme s’avère bien rempli, et le sera pour les deux jours suivants que nous passerons avec eux : restaurant avec les beaux-parents jeudi soir (20/25 personnes), retour à la maison, petit déjeuner chez les beaux-parents vendredi matin (40/50 personnes), port et récupération de Pam’ en fin de matinée, puis retour chez les beaux-parents (60 personnes), changement des pneus et menues réparations pour Pam’, repas du soir chez les parents de Selina puis retour chez les beaux-parents vers 23h. C’est l’heure des prières : sur des tables sont installés des bougies, donations (fruits, bonbons…), encens, papiers représentant l’argent… Devant, la famille s’agenouille et fait ses vœux pour l’année à venir. Les pétards claquent partout, les enfants jubilent. Toutes les donations non consommables sont regroupées devant la maison où elles sont brûlées. Nous revenons une dernière fois :e lendemain matin déguster un bon « nasi lemak » malais (riz + divers plats en sauce) chez les beaux-parents (la famille de l’homme est celle qui « importe » dans cette communauté, même si ces côtés se détendent un peu avec les nouvelles générations), avant de prendre congé de nos amis pour prendre la route !

Nous avons vraiment été accueillis comme des rois dans ces familles : nos verres étaient constamment remplis (bière du coin et toute boisson répandue en Malaisie), nos assiettes n’avaient que l’embarras du choix. Lors des repas de nourriture chinoise notamment, ils étaient heureux de nous faire goûter leur spécialité : bouillon avec concombre de mer cuits, panse et tripes de porcs, « intérieur de poisson », poulets cuits de 5 manières différentes, poisson frit… Nous avons pu découvrir leurs coutumes pour le nouvel an, poser nos 50 questions sur la Malaisie, les religions, les traditions… 2 jours inoubliables !

2 réflexions sur “Douane et Nouvel an chinois en Malaisie

  1. Toujours aussi passionnant de suivre « les tribulations de deux Français en Asie » ! Pam est finalement un observatoire formidable pour se rendre compte de l’organisation et du développement des différents pays que vous traversez. Bonne continuation et bonne route ! Grosses bises. Christine

    J'aime

  2. Bravo encore des infos passionnantes sur les pays que vous découvrez et dont nous profitons à distance.
    Très impressionnant les varans au cœur de la ville, ils ressemblent aux Varans de Komodo a qui vous allez peut être rendre visite prochainement, mais attention je sais que pour l’instant les responsables ont fermé le site aux touristes pour laisser la paix aux animaux… ? A voir…
    Bonne continuation de votre voyage, bisous Fred

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s