Consommer au Japon

Ceux qui me connaissent bien savent que l’alimentation et mon mode de consommation sont très importants pour moi ! Aussi, j’essayerai de rendre au mieux compte de mon expérience dans chaque pays traversé. Tous les commentaires ci-dessous sont basés sur mon expérience et mes impressions très personnelles, sans aucune prétention d’exhaustivité ni d’exactitude ! Les précisions et informations que vous apporterez seront les bienvenues.

Pour l’instant, le Japon est le pays où l’on a trouvé le moins de détritus par terre … sauf sur ses plages ! Peu fréquentées car les courants y sont forts, elles sont jonchées de déchets qui viendraient, selon les avis, de la Chine et de la Corée, ou des déchetteries installées sur des îles, loin des regards … Le plastique est également utilisé à outrance, et si l’agriculture a une place importante dans la politique alimentaire du Japon, la limitation des pesticides et la culture « organique » ne sont pas vraiment des sujets d’actualité.

Production locale, production bio

Le Japon dispose de peu d’espace cultivable, et les techniques de production intensive sont généralisées. Le Japon est auto-suffisant pour la production de riz, j’étais étonnée de voir des rizières, ainsi que des potagers, au bord des routes et dans les moindres petites parcelles disponibles. Une problématique assez importante est le vieillissement des agriculteurs, car les jeunes générations préfèrent avoir un travail salarié, travaillent beaucoup, et n’ont pas le temps de s’occuper d’un potager. Dans ces derniers, on trouve surtout du daikon (grand radis blanc), des choux, des oignons, des kakis, pommiers, thé vert … Le poisson, le bœuf et les fruits de mer japonais sont connus pour être de bonne qualité.

Partout au bord des routes, on trouve des coopératives qui vendent des produits locaux : fruits, légumes, mais aussi produits transformés, à prix abordable. Les produits frais étant généralement chers, il est aussi courant de passer commande auprès d’amis, ou de la famille dans les campagnes.

S’il y a des magasins bio en ville, les Japonais y seraient peu sensibles, selon les explications qu’on nous a fournies, car culturellement, « tout ce qui vient de la terre est sain ». L’esthétisme, très important dans la culture japonaise, prend le pas sur la nocivité des produits phytosanitaires, qui ne sont généralement pas perçus comme mauvais. D’ailleurs, les produits vendus sont souvent bien calibrés, sans défaut et bien brillants … Cependant, depuis les années 2000, plusieurs lois et labels ont été mis en place pour réduire les pesticides, suivant la tendance mondiale.

Faire ses courses

Nous faisions régulièrement nos courses dans les petits magasins de bord de route, très pratique et souvent moins chers que les supermarchés, surtout pour les produits frais. Dans les villages, il faut ouvrir l’œil pour trouver les magasins en vente directe, pas toujours bien indiqués.

La quasi-totalité des produits est emballée. Nous avions beaucoup de mal à utiliser nos propres contenants, car cela allait à l’encontre des habitudes des Japonais. Les vendeurs étaient très mal à l’aise lorsque nous leur demandions de les utiliser. Les caissières n’osaient pas ouvrir nos sacs en tissu pour peser les fruits et légumes. Une fois, dans un café, le serveur a même versé le café dans un gobelet en plastique avant de le verser dans mon verre !

Le Japon est le pays de la nourriture toute prête. Ce qui suppose l’omniprésence de barquettes en plastique, serviettes en papier, couverts en plastique, gobelets et paille à usage unique, petits contenants à sauce, et même décoration en plastique …

Sortir et manger dehors

Les Japonais mangent très souvent dehors, et à tout moment de la journée, dans les « kombini ». Ces petits magasins se repèrent facilement (Lawson, 7-11, Family Mart …) et servent quantité de plats préparés (sushi, onigiri, soupes …) à un prix très correct. Par contre, niveau emballages, ce n’est pas la meilleure option …

Globalement, manger au restaurant coûte cher, mais on peut trouver des chaînes de sushi ou de ramen qui restent très abordables (10-15€ par personne).

La « streetfood » n’est pas très répandue (d’ailleurs, à certains endroits, on voit des panneaux d’interdiction de manger dans la rue !) mais il y a pléthore de petits restaurants, ouverts toute la journée.

Manger ce que la nature nous offre

Du fait de la pression urbaine et du caractère insulaire du Japon, il y a peu d’espaces sauvages où peuvent pousser des arbres fruitiers ou des buissons. Nous avons aperçu beaucoup de plaqueminiers (arbre du kaki), sans être sûrs qu’ils appartenaient à quelqu’un ou pas. Nous avons aussi trouvé dans certaines forêts des châtaigniers, qui donnaient de beaux fruits ! D’autre part, nous étions présents au Japon à la fin de l’automne, une saison peu productive.

Le tri et les emballages

Si nous avons adoré le Japon pour le peu de déchets jetés dans la nature, nous avons été horrifiés de l’utilisation du plastique, symbole de l’hygiénisme japonais. Il n’était pas rare de trouver plusieurs couches d’emballages dans un même produit, et en particulier la nourriture, les produits « prêts à manger » très courants, se retrouvent emballés à l’unité et mis dans un sac ensemble.

Le Japon est connu à l’extérieur comme le champion du recyclage (c’était surtout dans les années 90), notamment du plastique. Cependant, si le Japon déclare recycler 84% de ses déchets plastique, 73% de ce pourcentage est brûlé .. mais considéré comme recyclé ! On trouve très souvent des poubelles pour les canettes en aluminium et les bouteilles en plastique. La quasi-totalité de ces déchets sont recyclés, mais la contrepartie, c’est qu’il y a des distributeurs absolument partout.

On trouve assez facilement des poubelles pour le plastique et le papier, mais, curieusement, dans les magasins, leur ouverture n’était pas assez grande pour y jeter nos déchets ! Le personnel nous disait alors de tout jeter dans la même poubelle …

Le concept de « zéro déchet » n’est pas très connu. Nous avons trouvé une vidéo d’un village « modèle », où les villageois continuent d’acheter les mêmes produits, et les recyclent en 45 types de déchets différents … cela ne nous a pas semblé la solution la plus facile à faire adopter !

Les produits qui nous ont marqués

  • Tous ces petits « snacks » à base de riz et d’algue wakame : sushi, maki, onigiri … agrémentés de poisson cru (toujours de bonne qualité) ou cuit, crevettes, oignons finement coupés, fromage, salades de légumes ou de fruits de mer, œufs de poisson, omelette … il en existe des milliers de variantes !
  • Ramen/udon/soba : au poulet, aux tranches de porc bien grasses, au bœuf, aux légumes, aux fruits de mer, avec un œuf poché dessus, des petits oignons, du tofu … les nouilles de toutes les tailles et à tous les goûts !
  • « Pickles » ou légumes vinaigrés : si les Japonais ne mangent pas beaucoup de légumes cuits, ils les aiment beaucoup au vinaigre !
  • Produits de la mer : huîtres, crevettes, concombres de mer, divers coquillages et autres créatures étranges …
  • Sabu-sabu : un bouillon un peu sucré qu’on laisse chauffer au milieu des convives, dans lequel cuisent des légumes, chacun y fait cuire sa viande ou ses fruits de mer directement avec les baguettes … sans oublier un bol de riz blanc à côté !
  • Tous les snacks possibles et imaginables, à base de poisson ou crevettes séchés, d’algues, de wasabi, de graines …
  • Le peu de diversité des desserts … presque sans exception à base de pâte de haricot rouge !

Une réflexion sur “Consommer au Japon

  1. Sidonie merci pour cette très belle étude. Sur les moyens de se nourrir au Japon avec de bonnes illustrations photographiques cela donne vraiment une idée. De la manière dont se nourrissent les Japonais.
    C’est étonnant que les Japonais ne sois pas plus sensible. Au traitement des déchets Et qu’il y ait pléthore de sur emballage. Avez-vous eu l’occasion de discuter de ce sujet avec eux.
    Bisous à tous les deux. Fred

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s