Confinement jour 9

Un jour, une rencontre, une photo

SELINA, sa famille et sa belle-famille

Malaisie, janvier 2020.

Nous sommes arrivés à Port Kelang, où Pam est censée être arrivée. Nous avons rendez-vous avec l’agence de shipping qui reçoit le container, Vanguard Logistics. Nous étions en contact avec Fauziah, notre agent, nous expose la situation (se reporter à notre article là-dessus), puis nous remet entre les mains de Selina, sa chef, une malaisienne chinoise (ou une chinoise malaisienne ?). On ne sait pas trop à quoi s’attendre, les échanges ont été très professionnels (distants et cordiaux) jusque là, mais elle nous accueille très simplement, avant de prendre les choses en mains avec énergie. Avant de partir, elle nous offre des oranges chinoises qu’elle va aussi amener à ses collègues de l’entrepôt, car c’est le nouvel an chinois !

Récupérer Pam à temps paraît très compliqué, mais Selina est avec nous pour mettre la pression aux douaniers, vérifier que les choses se font correctement … comme il faut attendre un peu, elle nous emmène dans un resto sur pilotis qu’elle connaît bien. Elle nous assure que la nourriture est délicieuse .. tout le monde commande quelque chose, et finalement, elle picore à peine tandis qu’il y en a beaucoup trop pour deux ! On se rend compte que les plats qu’elle a commandés étaient surtout pour nous faire goûter. Accrochée à son téléphone, elle fait tout pour accélérer le processus. On a quand même un peu de temps pour discuter, elle est curieuse d’en savoir plus sur notre voyage. On se rend compte alors qu’elle est censée être en congés ce jour-là, mais on sent que ça ne la dérange nullement de faire du rab. « J’aurais bossé à la maison de toute façon ».

Finalement, elle nous annonce qu’on ne pourra pas récupérer Pam le jour même, mais s’inquiète de nos plans : où allons-nous dormir ? Port Kelang n’est pas une grande ville, notre hôtel est-il correct ? Allons-nous faire quelque chose de particulier pour le nouvel an chinois ? A notre réponse négative aux deux dernières questions, elle nous propose de venir chez elle, « si ça ne vous dérange pas bien sûr ». Clairement, non, au contraire ! C’est plutôt nous elle que ça pourrait déranger …

Un rapide passage chez eux : Steven a préparé notre chambre, on a une salle de bain privée, la clim, un lit frais et moelleux .. je crois me rappeler qu’il se sont même excusés même de nous accueillir « comme ça », alors qu’on a débarqué à la dernière minute et qu’on a vraiment l’impression de squatter. Le soir même, on se retrouve dans un restaurant avec toute la belle-famille (les parents de Steven, ses frères et sœur, neveux et nièces), devant des tables recouvertes de plats à partager. On reste le plus souvent avec Selina et sa famille (3 enfants dont 2 ados qui nous adressent peu la parole), mais tout le monde nous salue et est cordial avec nous. Le lendemain matin, ils nous emmènent petit-déjeuner chez les parents de Steven, qui ont une maison sur une propriété partagée avec 2 de ses oncles. On regrette d’avoir grignoté avant de partir, car il y a encore profusion de plats, et il est difficile de refuser de goûter à chacun. Ensuite, on part pour le port pour récupérer Pam. Ce n’est pas une mince affaire mais Selina fait encore des pieds et des mains pour nous aider, et Steven nous accompagne patiemment.

Une fois ce problème réglé, on retourne chez les beaux-parents, où la grande réunion de famille a lieu : on est une soixantaine de personnes. Selina prend toujours soin de nous ou nous remet entre les mains d’une autre personne, nous servant à manger, nous incitant à en reprendre et surtout à ne rien nettoyer ! Pour ceux qui ont déjà vécu des réunions familiales de cette envergure, vous connaîtrez ce sentiment d’être comme un cheveu sur la soupe ! Mais personne ne nous le fait ressentir, au contraire, ceux qui parlent anglais nous questionnent, visitent le van … pour une fête de famille aussi nombreuse, il règne un climat très joyeux et, même s’ils se regroupent souvent par tranches d’âge, on sent une unité et une entente comme il y en a rarement entre tant de personnes.

Après cela, on les laisse un peu se reposer après qu’ils nous ont accompagné dans un garage qu’ils connaissaient et se soient assurés que le prix payé ne serait pas exorbitant. On les retrouve le soir, chez les parents de Selina cette fois. La famille est moins nombreuse mais pas moins sympathique, mais ce répit est de courte durée, puisqu’il faut retourner chez les beaux-parents pour les traditionnelles prières, brûler les offrandes et les pétards/feux d’artifice de nouvel an. Avant de rentrer, on fait un petit tour au marché de nuit, leur petit plaisir à 5 parmi la foule.

Le dernier jour, un dernier petit-déjeuner ensemble au « Mama shop » (restaurant indien) devant un « roti canai » qu’on n’arrive évidemment pas à payer. S’étant inquiétés de la chaleur qui allait régner dans le van, ils nous emmènent acheter des ventilateurs au centre commercial du coin, nous donnent un pass autoroute, et une réserve de friandises sorties de l’entrepôt de Steven. Avant de repartir, ils nous demandent « Vous êtes sûrs que vous ne voulez pas rester ? », on a l’impression qu’on pourrait rester indéfiniment qu’ils ne se sentiraient pas envahis.

Ces quelques jours ont été une pause bienvenue après le stress du shipping et de ne pas avoir Pam avec nous. Ne trouvant pas de raison de dire « non » à quoi que ce soit, tout en ayant un peu l’impression d’abuser de leur hospitalité, on s’est complètement laissés porter et prendre en charge, comme ça ne nous est pas arrivé depuis longtemps (voire toujours) ! On n’en revient toujours pas du naturel avec lequel cette famille nous a accueillis et choyés, inclus dans leurs activités sans rien attendre en retour.

Parfois, il faut mettre de côté les conventions sociales qu’on nous a inculquées et simplement accepter. On a quand même réussi à offrir du thé japonais au père de Steven, et du saké à Selina et Steven, en plus d’une invitation sincère à venir nous voir en France ! On ne les remerciera jamais assez 😊 谢谢

Rangée du haut : Sylvain & moi, Steven et Selina, 1er petit frère de Steven, ses filles et sa femme
Rangée du bas : Zi Ming et Wan Xuan (enfants de S&S), les parents de Steven, Wan Wee (fille de S&S), 2e petit frère de Steven

Malaysia, January 2020.

We arrive in Port Kelang, where Pam is meant to arrive by container. We meet Fauziah, our shipping agent, who tells us what is going to happen and leaves us to Selina, her boss. We didn’t really know what to expect, having dealt with Fauziah very professionally until then (meaning distant and cordial), and have a different feeling with Selina. Before leaving, she takes a big box of oranges for her colleagues, and gives us a full bag. It’s Chinese New Year, we have to celebrate !

Getting Pam back in time seems compromised, but she’s with us the whole time to put pressure on customs officers and make sure everything is done as should be. She takes us for lunch in a restaurant on stilts, orders things for us to make us try – we didn’t realise and end up having way too much, while she’s hanging on her phone to rush things up a bit. We find some time to get to know each other more, and become aware that she wasn’t meant to be working on that day. « I would have worked from home anyway » she says.

In the end, we will be able to get Pam back on the next day, and she enquires about our plans : where will we sleep ? Is our hotel ok ? Are we going to celebrate Chinese New Year ? As our answer is « no » to the 2 last questions, she offers us to stay at her place and celebrate with her family, « if we don’t mind ». Of course we don’t ! We’d better say if SHE doesn’t mind, along with her family !

We quickly drop by their house : her husband Steven has prepared our room, we have our own bathroom, aircon, a comfy bed … I think they even apologised for welcoming us « like this », although we come at the last minute and they have to change their plans for us !

On the first evening, we cram ourselves in their car – they have 3 kids, and find ourselves sitting at a restaurant with Steven’s family – siblings, parents, nieces and nephews, the tables covered with delicious meals to share. No one seems surprised by our presence and is very nice to us. On the next morning, we are taken at Steven’s parents house for breakfast, again, tables full of things to eat and the impossibility to refuse anything. After getting Pam back from the port, fully accompanied by Selina and Steven, there is another big gathering at Steven’s parents’ house. We are more than 60 people, uncles, cousins, nephews, grandchildren and the in-laws. Even though we feel like flies in the soup, everybody is nice and curious. For such a big family, I was surprised of the serenity, the care and the unity that I felt in this party. Everybody seemed to care about each one of theirs, despite the fact that there were obviously groups – of age mostly.

Selina, Steven and their 3 kids, before having a little rest, took us to a garage they knew and left us after making sure we wouldn’t be scammed. Dinner is at Selina’s parents’, with her brother, her sister, her husband and their son. A quieter dinner but right after it, it is time for the traditional prayers, burnings and firecrackers .. at Steven’s parents’ again ! Before going to bed and prepare for the next day, they like to take a little family stroll in the night market, buying kids ice-cream and enjoy being together among the crowd.

After this marathon, on our last day with them, we take one last « roti canai » together in a Mama shop (Indian restaurant), buy fans in a shopping mall after they got worried that we would be too hot in the van (we would probably have waited weeks before taking the decision to spend money on this, but it was a very good idea). They even gave us one of their highway pass, and a stock of sweets from Steven’s warehouse !

These couple of days were for us a real break, we didn’t take any decisions, said yes to everything and just went with the flow. I think it did us good after all the stress about the shipping. We let them take charge of us, with a slight feeling of being taking advantage of them… we are so grateful and still astonished of how natural it has seemed to them, to include us in their family like old friends, and taking so good care of us. We managed to leave them a few presents and a sincere invitation to come see us in France. Thank you so much 😊 谢谢

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s